Histoire de la Formule E

Bienvenue dans l'histoire complète de l'ABB FIA Formula E World Championship

Ce qui n'était au départ qu'un rêve partagé entre Alejandro Agag, fondateur de la Formule E, et Jean Todt, président de la FIA, gribouillé sur un coin de table en 2011, est devenu la discipline de sport automobile présentant la croissance la plus rapide au monde. Avant la saison 2020/21, la Formule E passe au statut de championnat du monde et devient l'ABB FIA Formula E World Championship.

L'idée d'une discipline de courses 100 % électriques sur circuits en ville a commencé par de simples notes gribouillées sur le coin d'une table de restaurant.

Dans la soirée du 3 mars 2011, le président de la FIA, Jean Todt, et l'homme d'affaires espagnol, Alejandro Agag, président de Formule E, se sont rencontrés dans un restaurant parisien et ont résumé en quelques mots leurs réflexions sur ce qui allait devenir le premier championnat de monoplace international 100 % électrique au monde. 

La mission fondatrice de la Formule E était de courir dans les rues des villes les plus emblématiques du monde, avec une grille de départ sur laquelle s'alignent les meilleurs pilotes et équipes, pour montrer le potentiel de la mobilité durable, et mettre en avant les véhicules électriques dans la course pour un monde meilleur et plus propre.

Depuis ses débuts mondiaux sur le terrain du Parc Olympique de Pékin en 2014, la Formule E est devenue une marque de divertissement d'envergure internationale avec le sport automobile à son cœur. Aujourd'hui, avec 12 équipes et 24 pilotes sur la grille, le championnat est devenu une destination pour les meilleurs équipes et pilotes de course talentueux du sport automobile mondial.

Saison 1 : 2014/15

En seulement trois ans, la Formule E est passée du stade de concept à la réalité grâce à des prototypes, des innovations technologiques sur les véhicules électriques de course et sur la Gen1. La première course s'est déroulée il y a six ans, lors du lancement international de la série sur le terrain du Parc Olympique de Pékin.

Du stade de concept à la réalité en moins d'un an. Le prototype Formulec a jeté les bases de la Gen1 en 2012.

La Formule E a provoqué une révolution lorsque la monoplace Gen1 entièrement électrique, première du genre dans le sport automobile, a été dévoilée. 150 kW de puissance à son actif en version course et un peu moins de trois secondes pour passer de 0 à 100 km/h.

La voiture Gen1 proposait une technologie de batterie électrique jamais essayée auparavant sur un circuit de course et a permis de faire avancer le projet de la Formule E en repoussant les limites de ce qu'il est possible de faire grâce à une technologie de pointe en matière de véhicules électriques. Afin de proposer la meilleure course possible sur circuit, deux voitures par pilote permettaient de concilier les capacités de la batterie et la vitesse.

Depuis le tout premier E-Prix, BMW i est aux côtés de la Formule E en tant que partenaire officiel des véhicules. La BMW i8 est devenue la voiture de sécurité, l'i3 la voiture du directeur de course et la 530e iPerformance la voiture médicale.

Le calendrier inaugural a conduit la Formule E dans quatorze pays pour disputer des courses au cœur de grandes villes du monde entier, dont Londres, Miami, Pékin et Berlin.

La Formule E a donné le coup d'envoi de la révolution des courses électriques sur circuits en ville avec l'E-Prix de Pékin le 13 septembre 2014 et, après 25 tours de course, tout s'est joué dans le dernier virage du dernier tour. Lucas Di Grassi a inscrit son nom dans les livres d'histoire en devenant le premier vainqueur d'une course de Formule E.

Dans le dernier virage du dernier tour à Pékin, le leader de la course Nicolas Prost (e.dams) et Nick Heidfeld (Venturi) se sont percutés de manière spectaculaire. Les deux pilotes en sont sortis indemnes.

La Formule E a également innové dans sa réglementation. La première manche a vu l'arrivée du FANBOOST, une première dans le sport, qui permet aux fans de jouer un rôle actif dans la course en votant pour attribuer à leur favori un boost de puissance supplémentaire pendant la course.

Les partenaires fondateurs DHL, Julius Baer, Michelin, BMW et TAG Heuer ont rejoint la Formule E pour accélérer la vision et démontrer le potentiel de la mobilité durable tout en aidant à créer un monde meilleur et plus propre.

La saison 1 a compté sept gagnants représentant six équipes différentes. Buemi est arrivé en tête avec trois victoires, Sam Bird et Nelson Piquet Jr. étant les seuls autres pilotes à avoir remporté plus d'une victoire.

Nelson Piquet Jr. est monté à deux reprises sur la première marche du podium pour China Racing/NEXTEV TCR, ce qui lui a permis de remporter le premier titre des pilotes de Formule E. Il a décroché le titre avec un seul point d'avance sur Buemi, Di Grassi a terminé troisième, les trois pilotes s'étant alignés pour la finale avec une chance de s'imposer.

Saison 2 : 2015/16

Le calendrier 2015/16 comptait dix courses dans neuf villes différentes et la Formule E a accueilli sept nouveaux constructeurs en son sein. La réglementation a été assouplie pour permettre aux équipes de concevoir leurs propres moteurs, convertisseurs, boîtes de vitesse et suspensions arrière, tandis que la puissance a été portée à 170 kW (230 ch).

Suite à un tête-à-queue dans les qualifications, Sébastien Buemi s'est élancé en dernière position dans l'E-Prix de Buenos Aires. Grâce à une série de dépassements impressionnants, de freinages tardifs et à une détermination sans faille, le pilote de Renault e.dams a dépassé ses concurrents pour prendre une incroyable deuxième place en signant l'une des plus belles performances de l'histoire de la Formule E.

Jean Todt, président de la FIA, a concrétisé son ambition de voir des courses automobiles internationales dans les rues de Paris : « J'ai toujours rêvé d'une course à Paris. Nous avons réussi à le faire avec la Formule E. » Ce fut un moment historique pour la FIA et la Formule E et la ville est désormais un rendez-vous incontournable du calendrier.

Buemi et Di Grassi se sont alignés pour la dernière course de la saison à Londres en ayant le même nombre de points. Lors des qualifications, le Suisse s'est emparé de la pole position et Di Grassi a terminé troisième, Nico Prost, le coéquipier de Buemi, s'intercalant entre les deux. Dans le premier tour de course, la bataille pour le titre a pris une autre tournure lorsque les deux premiers du classement sont entrés en collision.

Après avoir été contraint de prendre sa deuxième voiture, Buemi a remporté le championnat des pilotes avec deux points seulement d'avance sur Di Grassi, grâce à son meilleur tour. Renault e.dams a conservé le titre de champion des constructeurs.

Lucas di Grassi conduit la voiture de Formule E sur une banquise arctique au Groenland afin de sensibiliser le public à l'année la plus chaude jamais enregistrée alors que la quantité de glace qui se détache de l'Arctique atteint de nouveaux niveaux historiques.

Saison 3 : 2016/17

La saison 3 a été marquée par un remaniement important du calendrier, avec le voyage inaugural du championnat à Hong Kong et un premier passage en Afrique, à Marrakech, le retour de l'E-Prix de Monaco et également le retour sur le circuit de l'aéroport de Tempelhof à Berlin, après un an sur la Karl-Marx-Allee et enfin, une double course à New York, qui n'a pas vu de course automobile depuis 1896.

Jaguar a fait son retour en tant que constructeur de voitures de course pour la première fois en 12 ans. La marque britannique légendaire a pris place sur la grille de départ de la Formule E aux côtés de la nouvelle équipe TECHEETAH, et ABT s'est associé à Audi pour former l'équipe « usine » Audi Sport. Le géant américain de la course automobile Andretti est arrivé en tant que partenaire technique de BMW, préparant ainsi le terrain pour l'entrée imminente de la marque allemande dans la compétition lors de la saison 5.

La Gen1 a bénéficié d'un rajeunissement au milieu de sa vie avec un aileron avant redessiné et plus résistant afin de mieux répondre aux exigences des courses sur circuit en ville et le regen a gagné 50 % d'efficience grâce à une amélioration importante de la technologie des batteries. Michelin, le fournisseur officiel de pneus, a présenté une version améliorée de son pneu toutes saisons qui offre une résistance au roulement moins importante et un poids réduit.

La première course à Hong Kong s'est révélée être une guerre d'usure. Tandis que les pilotes se familiarisaient avec le nouveau circuit, Sébastien Buemi (Renault e.dams) a remonté le peloton et profité des problèmes rencontrés par les autres pilotes pour gagner.

Buemi a surmonté la rétrogradation dont il a écopé lors des qualifications pour voiture trop légère en raison d'une fuite de son extincteur. Il a signé sa deuxième victoire de la saison à Marrakech, devenant ainsi le premier vainqueur d'un E-Prix sur le sol africain dans l'histoire de la discipline.

Le freerunner, gymnaste et cascadeur hollywoodien Damien Walters, qui compte à son actif des films tels que Captain America et Skyfall, connait bien le danger. Il a proposé sa cascade de rêve à la Formule E : la synchronisation parfaite d'un homme et d'une machine bien synchronisés : The Leap Of Faith (acte de foi).

Buemi est devenu le premier pilote à remporter trois victoires consécutives en enchaînant avec une première place à Buenos Aires.

Lucas di Grassi s'est battu pour remonter le peloton malgré des dommages. Il a profité au mieux des interventions de la voiture de sécurité pour dépasser les concurrents un à un et décrocher la victoire à Mexico, se rapprochant à moins de cinq points de Buemi, le leader du classement des pilotes.

Buemi a repoussé di Grassi lors d'une confrontation animée dans les rues emblématiques de Monte-Carlo. Après sa cinquième victoire à Paris, son avance de 43 points semblait considérable.

Tempelhof a été le théâtre d'un drame : Buemi a été disqualifié de la huitième manche, et di Grassi s'est assuré une place sur le podium derrière Felix Rosenqvist qui signait sa première victoire. Le Suisse a enchaîné en gagnant la neuvième manche, ce qui a limité les dégâts alors que di Grassi se rapprochait.

La Formule E s'est ensuite dirigée vers l'Amérique du Nord et New York. Le Brésilien a profité de la situation alors que Buemi ratait sa double course. Sam Bird est devenu le premier pilote à remporter une course automobile à New York, et comptait bien en décrocher une autre pour faire bonne mesure lors de la 10e manche.

La bataille pour le titre s'est une nouvelle fois jouée dans les dernières courses avec l'affrontement des deux grands rivaux Buemi et di Grassi à Montréal. Buemi a été disqualifié dans la première manche de la double course, ce qui a anéanti ses espoirs de remporter le titre. Di Grassi a profité de la situation et remporté son premier titre des pilotes, tandis que Renault e.dams remportait le titre par équipes pour la troisième année consécutive.

Saison 4 : 2017/18

La saison 4 a accueilli ABB en tant que partenaire-titre de Formule E. Le géant de la technologie et le championnat se sont associés pour faire progresser l'électrification et la technologie durable.

La voiture Gen2 de Formule E a été dévoilée au public, avec la promesse de plus de vitesse, plus d'efficience et des progrès si spectaculaires qui permettraient de supprimer les remplacements de voitures à mi-course. La Gen1 sera mise hors course à sa capacité maximale, car la puissance est passée de 170 kW à 180 kW (240 ch)

On comptait désormais un total de neuf constructeurs en lice, avec des marques telles que Jaguar, Nissan, BMW, Audi, DS et Mahindra, pour faire de la Formule E une plate-forme compétitive pour les constructeurs automobiles d'envergure internationale et permettre aux fournisseurs de services de mobilité de tester et développer des technologies utiles pour la route.

Lors de la dernière saison de la Gen1 SRT 01E de Spark-Renault en Formule E, Jean-Eric Vergne a décroché le titre de champion des pilotes devant le champion en titre Lucas di Grassi. Audi Sport ABT Schaeffler a toutefois remporté le titre par équipes devant TECHEETAH.

une voiture de Formule E face à un guépard : que s'est-il passé lorsqu'une voiture de Formule E s'est mesurée à l'un des animaux les plus rapides au monde ? Le Français Jean-Eric Vergne a relevé le défi, dans une vidéo qui a dépassé les 30 millions de vues sur YouTube.

Après un excellent départ, Sam Bird a remporté la victoire de retour à Hong Kong dans la première course de la saison, tandis que Felix Rosenqvist a ajouté deux victoires à son palmarès pour Mahindra Racing : un podium dans la deuxième manche de la cité-état, avant de monter sur la première marche du podium lors de la troisième manche à Marrakesh.

Di Grassi, le champion en titre a connu un début de saison difficile, avec un abandon à Marrakech et à Santiago, tandis que Bird, Buemi et Vergne ont conforté leur avance. Le Français a remporté la victoire en Uruguay et au Chili, où il est entré en contact avec son coéquipier Lotterer, mais ils ont tout de même réussi à signer le premier doublé de Formule E.

Le pilote allemand Daniel Abt a décroché la première victoire pour Audi à Mexico. Il en a remporté une autre à domicile à Berlin de façon spectaculaire, en signant la Julius Baer Pole Position, le meilleur tour et la victoire finale, une première dans l'histoire de la Formule E.

Vergne a remporté une troisième victoire à domicile à Paris, tandis que Bird parvenait à franchir la ligne sur trois roues, de manière spectaculaire.

L'offensive tardive du Brésilien Lucas di Grassi, qui s'est imposé à Zurich et à New York, n'a pas suffi à arrêter Vergne. Le Français a eu le dernier mot avec une victoire dans la 12e manche à New York, ce qui lui a permis de décrocher le titre, tandis qu'Audi a remporté le titre par équipes grâce à la régularité de ses pilotes, di Grassi et Abt.

Saison 5 : 2018/19

La saison 5 a marqué le début d'une nouvelle ère audacieuse pour la discipline de courses électriques sur circuits en ville.

Le premier changement important a été l'introduction de la nouvelle voiture Gen2. Avec son allure incroyable de Batmobile, elle délivre plus de puissance grâce à une nouvelle batterie plus légère qui développe 250 kW (225 ch) pour une vitesse maximale de 280 km/h (174 mph). La plus grande capacité des batteries a également mis fin aux arrêts au stand, les progrès technologiques permettant désormais à une voiture de respecter le nouveau format de 45 minutes plus un tour à la vitesse de course.

La Formule E a réinventé la course avec le MODE ATTAQUE qui introduit un nouvel élément tactique dans la compétition. Le défi pour les équipes et les pilotes : quitter la trajectoire de course pour activer le MODE ATTAQUE en étant récompensé par un boost de puissance limité dans le temps qui permet de bénéficier d'un avantage pendant quelques tours.

Emboîtant le pas à la légende de Formule 1, Felipe Massa chez Venturi Racing, un grand nombre de nouveaux visages ont rejoint la grille de départ. Le pilote favori des fans belges, Stoffel Vandoorne, s'est aligné aux côtés de Gary Paffett, légende de DTM, dans la nouvelle équipe HWA Racelab. De jeunes talents prometteurs ont également intégré la discipline, comme Pascal Wehrlein chez Mahindra Racing et Oliver Rowland, qui a rejoint l'ancien champion Sébastien Buemi dans l'équipe du constructeur japonais Nissan e.dams, entré dans la compétition aux côtés de la marque allemande BMW.

L'imprévisibilité a régné en maître lors de cette nouvelle saison de courses inoubliables.

Lancement d'une nouvelle ère et d'une nouvelle voiture. La capacité de stockage d'énergie de la Gen2 a doublé par rapport à la voiture Gen1, donc adieu les échanges de voiture à mi-course. Plus de vitesse, plus d'action sur le circuit et une seule voiture par pilote : une seule erreur pouvait désormais coûter encore plus cher.

La Formule E a fait un voyage dans le passé (le tunnel sous la Manche en l'occurrence) pour célébrer quelques moments marquants de la Gen1 qui a tiré sa révérence pour faire place à la Gen2.

La Jaguar I-PACE eTROPHY a rejoint la Formule E en tant que discipline annexe officielle. C'est la première discipline de course de voitures de tourisme électriques au monde avec des pilotes au volant de versions de course de la première voiture de route entièrement électrique de Jaguar, la I-PACE. La discipline s'est arrêtée en 2020, mais la marque britannique a tout de même tiré les enseignements de l'eTROPHY pour accroître l'autonomie de l'I-PACE en version routière.

Heineken a uni ses forces avec la Formule E en alignant sa stratégie de développement durable pour « Brasser un meilleur monde » sur la discipline de courses électriques.

Une nouvelle saison et la nouvelle voiture Gen2 : il ne manquait plus qu'une nouvelle destination. La Formule E a donc fait ses débuts en Arabie Saoudite avec la première manche dans la ville historique de Diriyah. SAUDIA est devenu le Partenaire Aérien Officiel de la discipline et a initié une relation à long terme avec un Boeing 777 aux couleurs de la Formule E.

Dans un défi lancé par les fans, Felipe Massa a affronté un faucon pèlerin au volant de la nouvelle Gen2 dans une course en ligne droite départ arrêté où il a eu le dessus sur l'animal le plus rapide de la planète.

Le dernier virage à Mexico a été le théâtre de l'un des dépassements les plus incroyables de l'histoire de la Formule E. Pascal Wehrlein de Mahindra Racing a mené la plus grande partie de la course et semblait sûr de remporter sa première victoire. Malheureusement, il est tombé en panne de batterie quelques secondes avant la fin de la course et Lucas di Grassi lui a ravi la première place de façon incroyable sur la ligne d'arrivée.

Partie de zéro pour devenir la discipline de sport automobile présentant la croissance la plus rapide au monde, la Formule E a célébré sa 50e course à Hong Kong, où les pilotes se sont livrés une lutte sans merci. Dans les derniers instants de la course, Sam Bird a attaqué Andre Lotterer en tête, mais une manœuvre controversée a contraint l'Allemand à l'abandon et Bird a écopé d'une pénalité, ce qui a permis à Edoardo Mortara de monter sur la plus haute marche du podium.

Les rues de l'emblématique quartier des Invalides à Paris ont offert aux pilotes de Formule E un nouveau défi en 2019. Ils ont dû affronter les éléments, notamment de fortes pluies et même des grêlons. Robin Frijns a résisté aux challengers. Il a su maîtriser ses pneumatiques toutes saisons Michelin sur la chaussée glissante pour remporter la toute première course sur piste mouillée de l'histoire de la Formule E.

La « série record » de huit gagnants différents lors des huit premières courses a fait la une des journaux : Antonio Felix da Costa, Jerome D'Ambrosio, Sam Bird, Lucas di Grassi, Edoardo Mortara, Jean-Eric Vergne, Mitch Evans et Robin Frijns. Vergne a finalement mis un terme à cette série à Monaco.

Jean-Eric Vergne est devenu l'un des acteurs principaux de la Formule E. Les statistiques du Français se lisent comme celles d'une légende en devenir avec un nombre impressionnant de victoires, de podiums et de pole positions. Ses performances lors de la saison 2018/19 lui ont permis de se démarquer du reste du peloton. Le pilote de DS TECHEETAH a fait une saison en dents de scie : après un début difficile, il s'est repris grâce à une série de victoires et a réussi à décrocher son deuxième titre, devenant ainsi le premier champion consécutif de Formule E.

Le documentaire très attendu « And We Go Green » a été présenté en avant-première au Festival de Cannes. Le film a plongé les spectateurs dans les coulisses et a dévoilé les pilotes derrière les visières, tout en mettant en lumière la course de la Formule E contre le changement climatique. Regardez le film en entier.

Saison 6 : 2019/20

Après une année de course époustouflante, les fans attendaient avec impatience la saison 6. Le calendrier présentait de nouveaux sites passionnants dans le monde entier et la première moitié de la saison a tenu toutes ses promesses avec l'arrivée de nouveaux pilotes dans le haut du classement du championnat. Cependant, la pandémie de coronavirus a plongé le monde dans l'incertitude et le confinement généralisé a interrompu la compétition.

Mais tout espoir n'était pas perdu. Pendant cette période éprouvante, la communauté de la Formule E s'est associée avec Esports pour lancer des activités caritatives en faveur de l'UNICEF et plus encore, avant un retour passionnant et sans précédent lors de la finale de la saison avec six courses à Berlin.

En 2019/20, l'ABB FIA Formula E Championship est devenu #PositivelyCharged. La série, ses partenaires, ses équipes, ses pilotes et ses fans travaillent ensemble pour développer la course électrique et apporter au monde la capacité de changer les choses.

Avec l'arrivée des géants allemands Mercedes-Benz EQ et TAG Heuer Porsche, et l'élargissement de la grille à 24 pilotes, la sixième saison de Formule E a offert l'une des sélections les plus prestigieuses de l'histoire du sport automobile. C'était également la première fois dans l'histoire du sport automobile que les marques allemandes légendaires Audi, BMW, Mercedes-Benz et Porsche s'affrontaient en monoplace.

Le groupe superstar BTS est devenu l'ambassadeur mondial de la Formule E, avec une mission commune : sensibiliser et promouvoir les avantages des véhicules électriques et le rôle crucial qu'ils joueront dans la lutte contre le changement climatique.

Première mondiale pour une discipline de la FIA, la deuxième manche à Santiago a été marquée par le lancement du Driver's Eye qui donne aux fans un accès incomparable à ce qui se passe derrière le volant et montre toutes les compétences nécessaires pour s'attaquer aux circuits urbains difficiles.

Une nouvelle star des courses électriques est née à Santiago lorsque Maximilian Guenther (BMW i Andretti Motorsport) est devenu le plus jeune vainqueur de Formule E après un dépassement audacieux qui lui a permis de doubler Antonio Felix da Costa (DS TECHEETAH) par l'extérieur lors du dernier tour.

Même si le sport automobile a été interrompu en raison de la pandémie de coronavirus, la compétition ne s'est pas arrêtée pour autant. Les stars de la Formule E ont fait leur entrée dans le monde virtuel avec des courses de simulation organisées dans le cadre du « ABB Formula E Race at Home Challenge », une compétition caritative qui a permis de collecter des fonds pour l'UNICEF.

Après cinq mois d'absence, la compétition de Formule E a repris avec la finale la plus intense de l'histoire du sport automobile. La saison 2019/20 s'est terminée à Berlin avec une finale inédite de six courses en neuf jours sur trois configurations de circuits différentes.

Après une régularité exceptionnelle en tête des classements tout au long de la saison et des performances remarquables à Berlin, Antonio Felix da Costa a décroché un premier titre émouvant. Ses résultats et ceux de son coéquipier, Jean-Eric Vergne, ont permis à DS TECHEETAH de conserver le titre de champion par équipes pour la deuxième fois.

La Formule E est devenue la première discipline sportive à atteindre la neutralité carbone depuis sa création. Soulignant l'importance de courir pour une bonne cause, la Formule E investit dans des projets certifiés au niveau international dans tous les pays de course pour compenser les émissions des six premières saisons de courses électriques.

Saison 7 : 2020/2021 et au-delà

Après six ans et six saisons de courses dans les rues des villes les plus progressistes du monde, la Formule E est passée au statut de championnat du monde accordé par la FIA, l'organe clé du sport automobile, en décembre 2019. 

« Nous avons toujours eu pour ambition de passer un jour au statut de championnat du monde de la FIA. Tout ce que nous avons fait et présenté jusqu'à présent nous a permis de parvenir à ce moment précis », a déclaré à cette époque Alejandro Agag, fondateur et président de Formule E. 

« Cet accord et cette annonce placent vraiment la Formule E au premier rang des courses internationales de monoplaces. Cela a été un effort énorme de la part de nombreuses personnes impliquées et rien de tout cela n'aurait été possible sans le soutien de Jean Todt, président de la FIA, et de la fédération, ni sans le dévouement et l'engagement de nos équipes et de nos partenaires.

« Maintenant, nous pouvons dire que nous l'avons fait. Mais ce n'est que le début d'un nouveau chapitre sous la bannière du ABB FIA Formula E World Championship. »

« Cela a été une grande aventure de créer et développer la Formule E. Je suis fier que nous confirmions aujourd'hui son statut de championnat du monde FIA », a ajouté Jean Todt, président de la FIA.

« Depuis que nous avons commencé cette aventure, la Formule E a gagné en puissance. En peu de temps, la discipline s'est avérée pertinente pour l'industrie automobile. 

« L'engagement et le professionnalisme de ces constructeurs et de leurs équipes respectives se reflètent dans la qualité des pilotes engagés, qui s'est améliorée au fil des saisons. »

La discipline de course sera donc reconnue comme l'ABB FIA Formula E World Championship dès le début de la saison 2020/21, alors que la sélection la plus prestigieuse d'équipes et de constructeurs de classe mondiale continue de s'affronter dans les rues afin de faire de nouvelles avancées pour une mobilité plus durable dans la course pour un monde meilleur et plus propre.