Règlements

 

Règlements

Impossible de déplacer les poteaux de buts en sport automobile, c’est pourquoi nous vous proposons de découvrir, ci-dessous, les règles et règlements à savoir pour suivre la Formule E. Nous avons souhaité que ce briefing soit simple, pas trop technique, mais pour connaître les moindres détails, nous vous invitons à consulter le site de la FIA.

 

Championnat et classements

Le Championnat FIA de Formule E propose deux classements distincts, Pilote et Teams. Le total de points de chaque pilote, calculé en fin de saison, tient compte de tous ses résultats. Au tableau des écuries, le classement est défini sur la base de l’addition des résultats des deux pilotes de chaque team.

 

Barème de points

La Formule E se conforme au barème standard de la FIA et, à ce titre, les 10 premiers pilotes de chaque course sont habilités à marquer des points.

 

1er - 25pts
2e - 18pts
3e - 15pts
4e - 12pts
5e - 10pts
6e - 8pts
7e - 6pts
8e - 4pts
9e - 2pts
10e - 1pt

 

Des points additionnels sont attribués à l’auteur de la pole position Julius Bär, mais également au pilote qui signe le Visa Fastest Lap (meilleur tour en course). En détails :

Le pilote qui s’élance aux avant-postes (Pole Position Julius Bär) inscrit trois points, tandis que le concurrent qui s’adjuge le meilleur tour en course (Visa Fastest Lap) s’en voit attribuer un supplémentaire. Pour l’obtenir, et c’est la nouveauté de la Saison 4, celui-ci doit se classer parmi les dix premiers pour l’obtenir. Si tel n’est pas le cas, il est remis au pilote qui aura réalisé le chrono de référence au sein du Top-10.

Pole Position Julius Bär : 3 points

Visa Fastest Lap : 1 point (si le pilote termine dans le Top-10)

 

Format de course

Shakedown – sur la plupart des épreuves, une séance de mise en jambe, baptisée Shakedown, est organisée le vendredi, la veille de la course, mais sa tenue dépend de la disponibilité du circuit (dans notre cas, des rues de la ville). Les pilotes profitent de cette session pour vérifier leurs systèmes électroniques et la fiabilité de leur monoplace, mais toute notion de performance est exclue, les voitures évoluant à vitesse réduite.

Le tracé, les vibreurs et tout autres paramètres font également l’objet, à ce moment-là, d’un contrôle de la part de la FIA (régisseur des activités relatives au sport automobile), en fonction des remarques formulées par les pilotes durant le briefing.

Puissance – La puissance des monoplaces est limitée à 110 kW.

 

Essais - Deux séances d’essais sont organisées sur chaque meeting, la première d’une durée de 45 minutes, à laquelle succède une seconde de 30 minutes. Une seule session de 45 minutes est en revanche organisée lors de la deuxième journée d’un « double header », qui leur permet de prendre la température de la piste afin d’affiner les réglages de l’auto.

Puissance - 200 kW tout au long de chaque séance.

 

Qualifications et Super Pole – Les qualifications déterminent la composition de la grille de départ pour la course, et les plus rapides se hissent aux avant-postes. La séance dure une heure, pendant laquelle les pilotes sont répartis au sein de groupes tirés au sort lors du briefing. Chaque concurrent dispose de six minutes pour signer son meilleur chrono, et les cinq plus rapides accèdent ensuite à la Super Pole. A l’issue de celle-ci, le pilote le plus véloce décroche la Pole Position Julius Bär et les trois points qui l’accompagne. Durant ce segment, les concurrents s’élancent les uns après les autres. Le cinquième du classement est le premier à y prendre part, et lorsqu’il franchit la ligne de départ / arrivée de son tour lancé, le feu passe au vert dans la pit-lane et le quatrième prend la piste. Et ainsi de suite, jusqu’à ce que le dernier soit chronométré.

Puissance - 200 kW tout au long de chaque segment.

 

E-Prix - Les courses, ou ePrix, démarrent avec ce que l’on nomme des départs arrêtés. Les pilotes sont alignés sur une grille fictive - à courte distance de leur position de départ - et prennent lentement position pour le départ de l’épreuve. Celle-ci dure environ 50 minutes, pendant lesquelles les pilotes doivent effectuer un passage obligatoire par les stands pour changer de voiture. En mode « course », la puissance maximale est de 180 kW, soit 10 de plus que lors de la Saison 3. Les trois vainqueurs du FanBoost reçoivent chacun un bonus de 100 KJ d’énergie.

Puissance – Limitée à 180 kW, avec un surcroit temporaire de puissance pour les vainqueurs du vote FANBOOST.

 

Double-header – Afin de minimiser les désagréments liés à la circulation dans les villes hôtes de la Formule E, les courses se disputent principalement sur une seule journée. Il est cependant possible d’en organiser deux dans le cadre d’un même week-end. Ces meetings sont alors dénommés « double-header ». Le format est réduit, avec une seule séance d’essais de 45 minutes le deuxième jour.

 

Pit-stops et changements de voiture - Pendant chaque E-Prix, les pilotes doivent observer un arrêt aux stands obligatoire et sauter dans le baquet d’une seconde monoplace qui l’attend dans le garage. Il doit se dérouler dans le stand qui lui est dédié (en fonction de la configuration de la pit-lane et du garage), sous l’œil averti des commissaires de la FIA, garants de l’application des règles de sécurité, notamment de l’attache du harnais. Une durée minimale d’arrêt est par ailleurs définie afin de bénéficier de suffisamment de temps pour tout vérifier. A l’exception d’une crevaison ou d’une anomalie, aucun changement de pneumatique n’est autorisé.

 

Pneumatiques et allocations – Michelin, manufacturier officiel de pneumatiques du Championnat FIA de Formule E, propose des pneumatiques uniques de 18 pouces adaptés à tous les types de conditions météo. Lors de chaque meeting, un pilote se voit remettre un nouveau train, deux à l’avant et deux à l’arrière, ainsi qu’un pneumatique avant et arrière de la précédente épreuve. Cette règle s’applique également lors des « double-headers ».

Par pilote – Deux pneus avant et deux pneus arrière, neufs, ainsi qu’un pneu avant et arrière de la précédente épreuve.

 

Temps de charge - Le rechargement des voitures n’est interdit qu’au cours des qualifications et de la course, ainsi que du Parc Fermé. Il est en revanche permis durant les séances d’essais.

 

FANBOOST

Le FANBOOST est un système d’interaction avec les fans, qui leur permet de voter pour offrir à leur pilote favori un surplus de puissance durant la course, afin de porter une attaque ou se défendre d’une manœuvre d’un adversaire.

Les fans peuvent ainsi influencer l’issue d’une course, un phénomène unique dans l’univers du sport automobile.

Les votes s’ouvrent le lundi de chaque semaine de course, soit cinq jours avant l’épreuve. Les fans ne peuvent voter qu’une fois par jour sur les plateformes dédiées, à savoir les réseaux sociaux ou le site officiel de la Formule E. Les votes se concluent six minutes après le départ, et les trois premiers reçoivent un bonus de 100 kJ d’énergie, à utiliser avec leur deuxième voiture. Le FANBOOST ne peut être déployé qu’à une reprise et ne peut être fractionné en plusieurs impulsions.

Pour voter, c’est ici >> www.fiaformulae.com/fanboost

Pour voter sur les réseaux sociaux, utilisez le #hashtag, en mentionnant #FANBOOST, suivi du #hashtag avec le nom complet de votre favori

 

e-Licence

Comme sur la route, les pilotes de Formule E doivent obtenir un certificat d’aptitude pour prendre le départ d’une course. Afin d’être éligible à la e-Licence, les éléments suivants sont requis :

Une séance spécifique d’entraînement organisée par la FIA concernant les points les plus importants en matière de sécurité des systèmes électriques, ainsi que les aspects techniques et sportifs de la compétition.

Avoir accumulé, durant les trois précédentes saisons, au moins 20 points du système FIA appliqué pour la Super Licence ; avoir été détenteur de la Super Licence ; ou avoir participé à au moins trois courses du précédent Championnat FIA de Formule E.

Le champion de la saison précédente est automatiquement intégré, durant la suivante, au système de points pour la Super Licence.

Un pilote considéré, par la FIA, comme ayant démontré suffisamment de compétences au volant d’une monoplace, mais qui n’a pas encore eu l’opportunité de s’exprimer au sein des disciplines qui permettent de décrocher les points susmentionnés.