11 janv. 19

Résumé de l'avant-course : Audi « certain » de faire son retour, Rowland prêt à se battre

À quelques heures du feu vert de l'E-Prix 2019 de Marrakech, ce n'est pas seulement la piste qui commence à chauffer sous le soleil du Sahara. Après la première manche de l'ABB FIA Formula E Championship, où Antonio Felix Da Costa de BMW i Andretti Motorsport a remporté la victoire en Arabie Saoudite, les géants du sport automobile et le champion en titre, Audi Sport Abt Schaeffler, ont bon espoir de revenir, alors que le champion en titre et pilote DS Techeetah en DS Techeetah Jean-Eric Vergne ralentit le rythme de sa DS E-Tense FE 19. 

Le pilote recrue Oliver Rowland des nouveaux venus Nissan e.dams est prêt pour le combat après avoir fait forte impression en Arabie Saoudite, tandis que son coéquipier Sébastien Buemi - un vainqueur confirmé à Marrakech - espère obtenir une autre place du podium.  

De retour dans les rues majestueuses de Marrakech pour la troisième fois de l'histoire de la série, le Circuit international automobile de Moulay El Hassan, long de 2,99 km, voit la nouvelle zone MODE ATTAQUE placée sur le virage 3, ce qui ne manquera pas de brouiller l'ordre de la course. La session de Shakedown terminée, le jour de course est presque là. Voici tout ce que vous devez savoir et rechercher dans l'E-Prix 2019 de Marrakech qui se tiendra le samedi 12.

Ne manquez rien de l'action - assistez à l'E-Prix 2019 de Marrakech 

Audi « confiant » du retour 

Après un mauvais départ en Arabie Saoudite, les champions en titre, Audi Sport Abt Schaeffler, étaient restés en sixième place du classement à la fin de l'année. « Nous devons tout améliorer, » a déclaré le leader Lucas Di Grassi après l'E-Prix d'Ad Diriyah, clairement frustré par la performance de l'équipe et conscient de souffrir le même catastrophique départ que l'équipe a connu la saison dernière. Avec tout cela au coeur de ses préoccupations, « nous avons tout amélioré, il nous faut donc maintenant voir de combien, » a déclaré Di Grassi, confiant, avant la course.  

« Je pense que chaque élément de la voiture a été optimisé pour cette course. Si c’est suffisant pour gagner une course, ça je ne pourrai pas le dire avant demain, mais c’est sûr que nous allons essayer et que nous allons faire mieux que ce que nous avons fait à Riyad.

« Je peux cependant dire avec 90 % de certitude que nous serons plus compétitifs qu'à Riyad, » a déclaré l'ancien champion.  

La Formule E de Lucas Di Grassi

Rowland : « Je ne m'attendais pas à être aussi à l'aise » en Formule E

« Normalement, je suis plutôt bon quand il s'agit de se battre », déclare Oliver Rowland de Nissan e.dams avec un sourire. Peu après le début de la saison 2018/19, le Britannique a pris un bon départ en Arabie Saoudite après avoir grimpé de huit places et terminé sixième de son premier E-Prix. « Je ne m'attendais pas à être aussi à l'aise que ça et de rentrer directement dans le bain, c'était donc une surprise d'être aussi à l'aise, » a-t-il admis avant le deuxième tour ici à Marrakech.  

« Au début, je subissais beaucoup de pression de la part de Di Grassi. Il était derrière moi et j’essayais toujours de tout comprendre. Une fois dans le rythme, je me suis échappé et j'ai commencé à progresser.

« Les qualifications vont être difficiles car je n’ai pas beaucoup d’expérience, mais j’ai fait beaucoup de préparation dans la simulation. 

« Bien sûr, je suis un peu désavantagé (je ne connais pas la piste) mais je ne vais pas y penser et l'utiliser comme excuse, je veux me battre avec eux. »   

Oliver Rowland à l'E-Prix de Marrakech

Le moment de vérité pour la Gen2

Faisant ses débuts lors de la compétition du mois de décembre à Ad Diriyah, la nouvelle voiture Gen2 fut le clou du spectacle en Arabie Saoudite. Avec plus de puissance, plus d'autonomie et une allure diabolique, la nouvelle voiture a donné l'occasion de voir certaines des courses au corps à corps les plus compétitives de l'histoire de la discipline. « Nous avons plus de puissance, c'est donc la plus grande caractéristique séparant la Gen1 de la Gen2, » insiste Lucas Di Grassi de Audi.

« En termes de temps au tour en qualifications, je dirais que les voitures seront au moins trois secondes plus rapides. » 

Avec le pilote Audi détenteur du record actuel de tour de piste de Formule E à Marrakech (établi lors du test des recrues de 2018), nous pourrons directement comparer les meilleurs temps de la Gen1 avec ceux de la Gen2.

Votez pour donner à votre pilote préféré un coup de boost pendant la course

MODE ATTAQUE - plus d'imprévisibilité, plus de dépassements

Après l'E-Prix 2018 d'Ad Diriyah d'Arabie Saoudite, le lancement mondial du MODE ATTAQUE - qui permet à chaque pilote d’acquérir une puissance supplémentaire de 25 kW à ses risques et périls en sortant de la trajectoire - l'heure est venue pour le nouveau mode de puissance. 

Placée sur le virage 3, la zone d’activation du MODE ATTAQUE verra les conducteurs tracer une trajectoire large dans le virage afin de capter la puissance supplémentaire. Une fois autour et au travers de la zone, le MODE ATTAQUE peut être activé. Alors que les pilotes découvrent le nombre de fois où ils sont autorisés à utiliser le dispositif et combien de temps une heure seulement avant la course, attendez-vous à des décisions de dernière minute des pilotes pour pimenter encore plus l'action sur la piste. « Il y aura plus de dépassements qu'à Riyad, c'est sûr, » déclare le vainqueur précédent et pilote chevronné de Formule E Sébastien Buemi en souriant.  

Carte de l'événement de Formule E à Marrakech

Vergne : « Il n'y a pas une seule voiture qui soit une seconde plus rapide que l'autre » 

« Ça s'est bien passé en Arabie Saoudite, » déclare modestement le champion en titre Jean-Eric Vergne (DS Techeetah). Le Français a remporté le titre de pilote 2017/18 à New York l'année dernière et a entamé la nouvelle saison avec une belle performance en Arabie Saoudite, terminant deuxième. 

« Nous sommes très confiants avec la voiture mais, encore une fois, je ne pense pas que la vitesse que nous avions était réelle par rapport aux autres équipes. Certains conducteurs ne savaient tout simplement pas où placer leurs roues.

« Je veux dire que André et moi, nous n'avons pas une voiture qui soit une seconde plus rapide que les autres ! Le jour suivant [in testing], tout le monde était à la même vitesse que nous. 

« [Marrakech] sera une course serrée - bien plus serrée qu'auparavant, » insiste-t-il.  

JEV à l'E-Prix de Marrakech