26 janv. 19

Analyse de Santiago : Rookie Wehrlein triomphe, Envision passe en tête et Audi « demeure insatisfaite »  

Sous le soleil de plomb de Santiago, la capitale chilienne, c'est Sam Bird de chez Envision Virgin Racing qui est sorti vainqueur parmi les rares survivants de cette bataille impitoyable contre les éléments. En seulement trois courses du ABB FIA Formula E Championship, nous avons vu trois pilotes différents monter sur le podium, trois héros improbables. En attendant la prochaine étape de cette surprenante saison de discipline de courses électriques à Mexico le 16 février prochain, voici ce que le tournoi de Santiago nous a appris.  

Abt confirme la puissance d'Audi mais « reste insatisfait »

« Etre en troisième place après deux courses difficiles, c'est évidemment un bon résultat, même si je ne pense pas être à mon meilleur niveau. Il me reste encore à gagner en confiance », déclare Daniel Abt, de chez Audi Sport Abt Schaeffler. Avec 16 précieux points (15 pour la troisième place et un pour le meilleur tour) pour l’équipe du constructeur allemand à Santiago, celle-ci occupe désormais le cinquième rang du classement du championnat.  

« Aujourd’hui, il s'agissait de jouer la sécurité, de faire gagner des points à l’équipe et de ne rien faire de stupide.

« Je pense que j'ai encore besoin de m'améliorer un peu. Avec une voiture comme celle-ci, il faut être en confiance. Je ne suis pas tout à fait à l'aise avec la voiture, contrairement à la saison dernière.

Après le podium, le pilote allemand occupe maintenant la septième place, six places devant son coéquipier Lucas di Grassi, qui a encore tout à prouver sur la cinquième saison de Formule E. Si la saison dernière avait démontré qu'Audi était capable de formidables retournements de situation, le fait que son équipe cliente, Envision Virgin Racing, soit en tête du championnat avec le même équipement doit être difficile à avaler pour l'équipe allemande.    

Malgré le podium d'Abt à Santiago, le pilote allemand n'est toujours pas satisfait de sa performance. 

Bird permet à Envision de passer en tête, Audi peine à suivre

« On n'avait pas parié sur Audi par hasard : ils ont des ressources extraordinaires », déclare Sam Bird, gagnant de Santiago, confiant. En remportant le championnat la saison dernière, l'écurie Audi Sport Abt Schaeffler, soutenue par le fameux constructeur allemand, a prouvé qu'elle dominait les équipements de Formule E. C'est cette réputation qui a poussé l'équipe privée Envision Virgin Racing à choisir le groupe motopropulseur Audi pour équiper ses voitures Gen2 lors de sa cinquième campagne, ce qui s'est avéré efficace jusqu'à présent. Trop efficace, diraient certains. Avec un double podium à Marrakech et une victoire de Bird à Santiago, l'équipe cliente est en tête du championnat avec Audi à la cinquième place du classement, qui accuse 41 points de retard.

« Si j'en suis là, c'est grâce à Audi Sport et aux compétences de leurs ingénieurs en traitement de données, qui ont optimisé la mécanique. Ils ont su tirer les leçons des erreurs commises et les temps de course ont pu être réduits », a déclaré Bird. 

Si la nouvelle est bonne pour les outsiders, elle est plus difficile à accepter pour les puissants constructeurs. Ceci dit, il s'agit de Formule E. « Tout peut arriver, dans ce championnat », ajoute Bird.  

De la tôle froissée, des bleus et des égratignures à Santiago

Avec force coups, bleus et éraflures, seuls 13 voitures et pilotes ont survécu au circuit de test d'une longueur de 2,348 km du Parque O'Higgins de Santiago. 

« J'ai dû percuter une quinzaine de fois pendant la course », a confié Oliver Rowland de chez Nissan e.dams, évoquant le chaos. 

« Certains vous rentrent dedans par derrière, vous faites pareil avec ceux de devant. On se pousse un peu, c'est marrant. » 

« J'ai tout donné en restant aussi fair-play que possible. »

Après un jeu serré avec Felipe Massa de chez Venturi à Marrakech, Roland a de nouveau affronté le Brésilien à Santiago, laissant encore à son passage des traces de peinture sur le circuit du Parque O'Higgins.  
 
« [Massa] s'est fait coincer par l'une des voitures Dragon dans le dernier virage, alors j'ai suivi la voiture Dragon jusqu'au bout. J'étais à l'intérieur du virage et je l'ai eu à la sortie. Je ne m'attendais pas vraiment à ce qu'il soit là. 

« Quelques débris ont volé, c'était drôle. Je ne sais pas s'il est en colère contre moi et ça m'est égal. Il n'était pas au mieux de sa forme au briefing des pilotes à Marrakech. Ce sont des choses qui arrivent. On se donne à fond et on encaisse les coups durs. Peut-être que la prochaine fois, ça sera mon tour. » 

De zéro à héro : ROOKIE WEHRLEIN sur le podium

« Je suis extrêmement satisfait de ma position », a déclaré Pascal Wehrlein de Mahindra Racing, soulagé à la fois d'avoir terminé sa première course complète de Formule E, mais également d'avoir sa place sur le podium.

« Une excellente journée pour ma première course complète de Formule E, étant donné que la première à Marrakech ne m’avait pas vraiment réussi ! Que dire, c'est incroyable. » 

« Alors que j'étais encore dans la voiture à la fin de la course, je me suis dit : « Bon sang, j'aurais pu finir premier. » J'étais frustré à ce moment-là, mais plus ça va, plus je suis content.  

 « Il fallait à tout prix rester sur la trajectoire. De chaque côté, il y avait beaucoup de débris et de morceaux de pneu. Si on roule là-dessus, c'est comme sur de la glace.

« Au final, la contrainte principale n'était pas de gérer l’énergie mais la température. Il me restait beaucoup d'électricité dans la voiture et j'aurais aimé l'utiliser, mais ce n'était pas possible [consignes de l'équipe]. Si on m'avait laissé faire, j'aurais mis le feu », glisse le jeune loup dans un sourire. 

Ayant rejoint Mahindra Racing il y a quelques mois seulement avant les tests de pré-saison à Valence en octobre, le pilote germano-mauricien a décroché la deuxième place, alors qu'il était l'un des pilotes les moins expérimentés de la grille en 100 % électrique. Riche d'une expérience impressionnante dans le sport automobile, de la Formule 1 au DTM, Wehrlein affirme qu'il « ne s'est jamais autant amusé » que depuis qu'il a rejoint la Formule E en début de saison.  

« C’est toujours agréable de participer à un week-end de course, de faire du bon travail, de gagner l'épreuve et de pouvoir monter sur le podium. Même si ces dernières années ont été fantastiques, viser P15 ou P10, ça n'a rien à voir. 

« En ce moment, j'apprécie énormément le fait qu'une victoire soit à portée de main. J'ai eu raison de rejoindre la Formule E. » 

Pascal Wehrlein de chez Mahindra décroche une deuxième place sous la chaleur accablante de Santiago lors de sa première course complète de Formule E. 

Vous ne supportez pas la chaleur ? 

Pour huit de nos pilotes, la chaleur caniculaire de Santiago s’est avérée dévastatrice. La course s'est terminée prématurément au Parque O'Higgins pour la plupart d'entre eux, suite aux dégâts dus à la température élevée. Cependant les 13 survivants et leurs voitures Gen2 ont démontré pouvoir supporter les conditions les plus difficiles de l’histoire de la Formule E, alors que la température sur le circuit dépassait les 62 °C pendant l'épreuve. « C'était une course particulièrement difficile, la chaleur était insoutenable », a déclaré Daniel Abt après avoir terminé troisième du challenge le plus chaud de la Formule E.