12 janv. 19

Analyse de l'E-Prix de Marrakech : D'Ambrosio au top, JEV l'« idiot » provoque le chaos et des réactions chez les brésiliens

BMW subit un moment de folie catastrophique 

« Nous nous sommes retrouvés dans une situation et c'est une erreur de ma part », admet Antonio Felix da Costa de BMW I Andretti Motorsport, après la douloureuse conséquence de voir une certaine victoire et de laisser filer un doublé de BMW. 

« Il m'a attaqué, je me suis défendu, mais j'ai échoué dans ma défense. J'aurais dû me rendre compte que ma course était terminée : je lui ai fait perdre de nombreuses places. 

Après que le pilote portugais ait remporté la victoire lors de la première course de la saison en Arabie Saoudite, une autre victoire et un doublé semblaient assurés après que les BMW se soit séparée du reste du peloton à mi-course. Menant la course avec une marge de sécurité, Sims a essayé de faire une percée pour monter sur la plus haute marche du podium, mais ce défi a été relevé par son coéquipier. Un défi qui leur coûterait une place sur le podium.  

« J'avais juste la rage et je voulais vraiment, vraiment gagner aujourd'hui. Cela fait deux ans que je travaille très dur et je voulais tellement gagner cette course, ça m’a piqué. Difficile. 

« Je veux jouer cartes sur table, prendre ma punition pour cela et aller de l'avant. 

« Nous aurions pu remporter la victoire. C'est certain. Pour moi, je voulais vraiment gagner... mais à présent, de mon point de vue et sans rien d'autre, remporter la deuxième place aurait été incroyable. Leçon apprise. » 

D'Ambrosio combat en première ligne durant le championnat

« La course a été rude, » a déclaré Jérôme d'Ambrosio de Mahindra Racing, visiblement soulagé et ému après être monté au sommet du podium pour la première fois dans sa carrière de Formule E. Ses deux autres victoires dans la discipline lui avaient été remises à la suite de disqualifications. 

« Venant de la part d'un pilote placé initialement en 10ème position, personne ne pouvait le prévoir. »

« Quand j’ai aperçu quelques opportunités, j’ai forcé pendant quelques tours, pris quelques positions et ai réussi à les conserver. 

« Gagner cette course signifie beaucoup pour nous, après avoir travaillé dur ces dernières semaines. Nous continuons à travailler dur, nous continuons sans cesse de nous améliorer. » 

Après avoir terminé à la troisième place en Arabie saoudite, il a ajouté 25 points aux 15 points qu'il possédait, ce qui signifie que le pilote belge est en tête du championnat, avec 12 points d'avance sur Da Costa et Jean-Eric Vergne de DS Techeetah. En considérant que d'Ambrosio avait terminé 14ème durant la saison dernière, il a cette fois-ci déjà battu les maigres 28 points qu'il avait accumulé au cours de la saison 2017/18 en seulement deux courses. Oui, c'est impressionnant. Mais pas prévu du tout. Mais, encore une fois, c'est la Formule E : tout peut arriver.  

Après une troisième place en Arabie Saoudite et une victoire à Marrakech, d'Ambrosio mène le championnat après avoir déjà accumulé plus de points en deux courses qu'il n'e l'avait fait durant toute la saison dernière.

La réaction des brésiliens

Lors du bras de fer saoudien, il y a quelques semaines à peine, nous avons vu Nelson Piquet Jr et Audi Sport Abt Schaeffler, de Panasonic Jaguar Racing, échanger des coups ainsi que des chocs de carrosserie, ravivant ainsi l'une des plus anciennes rivalités de la discipline. Mais personne ne s’attendait à ce que son coéquipier Felipe Massa rejoigne la mêlée.

Suite à un fait quelque peu suspect de l'ancien as de la Formule 1 perçu au cours de Séance d'essais 2, Nelson Piquet Jr. l'a tout de suite qualifié « d'amateur ». Des mots durs, certes, mais cela ne s'est pas arrêté là. Après la course, le Massa a fait de son mieux pour lui rendre la pareille.

La Formule E, ce n'est pas facile - les nouveaux visages n'ont pas encore montré leur talent 

Avec les pilotes de HWA - Stoffel Vandoorne et le champion en titre du DTM, Gary Paffet - endurant une journée de course lamentable, Felipe Massa (Venturi) qualifié « d'amateur » et Pascal Wehrlein de Mahindra se retirant de la course après seulement 10 secondes sur la piste, la Formule E n'est pas une promenade de plaisir. Avec l'une des meilleures sélections de pilotes au monde, le championnat de courses électriques sur circuit en ville se révèle être une nouvelle fois une discipline difficile à maîtriser avec certains des nouveaux arrivants les plus qualifiés mais n'ayant pas encore marqué un seul point.   

Voir les classements complets par équipes et par pilotes après l'E-Prix de Marrakech

Envision Virgin Racing s'en remet aux constructeurs

Avec un nombre total de huit marques de voitures internationales présentes sur la grille et deux autres en route pour la saison prochaine (Porsche et Mercedes), la Formule E ne manque pas de constructeurs. Malgré tout, Envision Virgin Racing - l’une des rares équipes non-constructeur du championnat - a tout de même réussi à leur montrer les ficelles du métier, celle-ci ayant réussi à occuper deux places sur le podium à Marrakech. Bien que les deux pilotes aient subi des dégâts avant la course après que Tom Dillmann de NIO les ait percutés de l'arrière dans le stand après les qualifications, Frijns et Bird se sont bien battus en se tenant à l'écart du chaos pour assurer la deuxième et la troisième position. Après Marrakech, l’équipe occupe le quatrième rang du classement derrière DS Techeeath, BMW I et Mahindra Racing. Tout reste à jouer pour la Formule E.

Bien que les deux voitures Envision aient subi des dégâts après un court-circuit survenu avant la course et qu’elles n’avaient pas bénéficié du soutien du constructeur, l’équipe Virgin Racing a décroché deux places sur le podium. 

JEV « l'Idiot » provoque le chaos dans sa 'plus grosse erreur de Formule E jamais commise' mais n'en est pas désolé pour autant 

« J'ai fait preuve d'idiotie », a déclaré le Français quelques instants après la course au cours de laquelle il avait effectué un tête-à-queue dans les premières secondes, causant ainsi le chaos, tandis que les conséquences de sa sur-ambition se répercutaient sur tout le peloton au virage 1. 

« On essaie toujours de combler l’écart et d’être agressif, mais j’imagine que je l'ai été un peu trop.

« Je dis que j'ai fait preuve d'idiotie parce que c'était complètement inutile - j'avais déjà le rythme qui me permettait de gagner facilement aujourd'hui. J'ai gagné 16 secondes, puis ai dépassé 15 voitures par la suite. 

« Je ne vais pas m'excuser d'avoir essayé, ça c'est sûr. Quand vous arrêtez d'essayer, vous commencez à reculer. Cela fait partie du jeu et du sport automobile. 

« Je suppose que c’est la plus grosse erreur que j’ai commise en Formule E. Mais je pense que terminer cinquième me convient après tout. 

« Je ne changerai rien pour Santiago. Je suis qui je suis : tout le monde me connaît. Je n'attends pas pour doubler et je ne vais pas changer cela », dit-il avec un sourire complice.